Irisé

Par l'irisé,

Je revis les 7 couleurs précédentes, je fais le bilan, j’accepte de passer à autre chose, je fais face à mes peurs, je parle de la maladie et de la mort.

Mais comment ? Quelles sont mes peurs ? Comment est-ce que je les exprime ? Quels sont mes besoins et comment je les comble ? Quelles sont les portes que je ferme ? Quelles sont les portes nouvelles qui s’ouvrent à moi ? Est-ce que je saisis les opportunités.

L’irisé nous parle de la diversité, c’est la couleur de tous les possibles. Nous sommes invités à toucher à tout. Il sera utile de veiller à ne pas s’éparpiller.

Avec l’irisé nos sommes en chemin vers notre moi profond, notre essence intérieure. Plus rien ne nous fait peur car nous sommes emplis de toutes les couleurs dans une paix consciente.

L’Irisé est une couleur de paix qui comprend toutes les autres couleurs : Rouge-Mère, Orange-Moteur de vie, Jaune-Estime de soi, Vert-Amour universel, Bleu-Créativité, Indigo-Conscience, Violet-Contact avec sa mission d’incarnation.

C’est le cœur vibrant de paix et comblé d’Amour que nous vivrons le passage de la mort car « Mourir est déménager dans une maison plus belle. C’est tout simplement abandonner son corps physique de même que le papillon sort de son cocon ».

E. Kübler-Ross.
C’est comme si notre corps était à l’état de chenille et qu’au moment de la mort nous abandonnions cette gangue pour déployer nos ailes et devenir papillon.

Le nouveau-mort, ultime trésor

Partir, mourir, qu’est-ce que c’est ?
Le sait-on le jour où l’on naît ?
La vie prend toute la place,
La mort-tabou n’y a pas droit.
Vais-je me mettre au monde avant de disparaître ?
Vais-je quitter le faire pour être dans l’Etre ?
Lorsque j’aurai quitté ce temple, l’outil de cette vie,
Aurons-nous parlé ensemble de l’inconnu, de l’au-delà ?
C’est si bon de se sentir compris, de partir sans non-dit,
De se savoir dans la vraie Vie et par vous toujours là.

Pourquoi pleure-t-on depuis des générations ?
Pourquoi tant de peurs ? Tant de questions ?
Pourquoi cette vallée de larmes ?
Pourquoi cette levée d’armes ?
Dès qu’on parle de mort...Il y a ce silence qui en dit long
Chacun fait le fort, cache sa souffrance...Non, non, non,
Moi, je veux vous dire au revoir.
Pourquoi craindre ce qui nous est destiné ?
Un nouveau-mort, un nouveau-né
La vie est faite pour être traversée.

Pourquoi chercher à comprendre le mystère ?
Le mystère il suffit de le vivre
Et c’est la mort qui nous le livre.
Plus la vie a été pleine, plus la mort est sereine.
Alors vivez la vie ! On a chacun une mission,
Jusqu’au dernier souffle on vit l’évolution.
Mon âme, mon papillon s’envole.
De ses ailes, il vous caresse les joues,
D’une tendresse infinie de baisers doux.
Non, ce ne sont pas des larmes... Mais des bisous.

Le bateau rentre au port, les cales remplies à bord,
Je pars en confiance, j’emmène vos angoisses,
J’emporte vos souffrances et vous donne la joie.
Pour toujours, je suis en vos cœurs,
Le seul endroit qui ne craint les voleurs.
A chaque battement, vous entendrez : Amour.
A vos enfants, transmettez à votre tour :
«Qu’il n’y a qu’à demander. A prendre le temps de s’écouter,
A donner sans compter. A récolter ce que l’on a semé».

Marie-Alice Compté - Janvier 1998
> A suivre en formation